• SARKOZY ET LA MAINMISE SUR LES MEDIAS

    Il fut un temps ou nous connaissions un ministre de l'information qui surveillait la presse , la télévision !Avec l'arrivée de la gauche et la libération de la télévision avec la création d'une haute autorité , les médias commençaient à respirer!

    Aujourd'hui, en dehors du fait que la presse écrite est possédée et contrôlée par des financiers" de droite" Nicolas Sarkozy depuis 2002 a tissé un réseau de complaisance dans les médias!

    De ce fait son influence est supérieure à celle que pouvait exercer le ministre de l'information !

    Dans un article , Libération analyse des faits troublants sur la mainmise de Nicolas Sarkozy sur la Presse !

    Le locataire de la place Beauvau a pris l'habitude d'intervenir dans le travail des journalistes.
    Sarkozy, la main dans l'info

    Par Olivier COSTEMALLE et Raphaël GARRIGOS et Cédric MATHIOT et Isabelle ROBERTS
    mardi 27 juin 2006



    medium_nicolas_sarkozy_narrowweb_200x365.3.jpgDans quel pays le ministre de l'Intérieur peut-il exiger ­ et obtenir ­ la tête du directeur d'un grand hebdo sous prétexte qu'il a publié des photos qui déplaisent ? La Corée du Nord ? Le Turkménistan ? Cuba ? Pas besoin de chercher si loin : l'histoire se passe en France, où Nicolas Sarkozy, ulcéré par la publication, à la une de Paris Match, d'un cliché de son épouse en compagnie du publicitaire pour lequel elle l'avait quitté, a fait chuter Alain Genestar, le patron du magazine (lire ci-contre).

    Et s'il n'y avait que Match ! Car le ministre de l'Intérieur entretient avec de nombreux médias des relations intimes, voire incestueuses. On ne compte plus ses interventions, discrètes ou directes, sur les rédactions. Il va même parfois jusqu'à s'en vanter. Dossier à charge.

    Télévision

    JT sous influence

    Selon nos informations, Nicolas Sarkozy n'est pour rien dans le prochain passage Des Chiffres et des lettres de France 2 à France 3. Pour tout le reste, en revanche... Sarkozy et la télé, c'est un véritable roman d'amitié : coups de fils, conseils, pressions de la part du président de l'UMP mais aussi autocensure de la part des chaînes pour ne surtout pas lui déplaire.

    Exemple en novembre 2005, lors de la crise des banlieues. Figurez-vous que nos chères télés, si promptes d'habitude à faire feu de toute insécurité et tsunami de toute eau, se sont soudainement montrées d'une prudence de Sioux. Très vite, France 3 ne donne plus le nombre de voitures brûlées, France 2 ne montre pas les pourtant télégéniques incendies d'autos et TF1 fait dans le positif à coups de reportages sur les initiatives en banlieue. Un oukase de Sarkozy ? Même pas. Il a simplement suffi que des élus tel le député UMP Jacques Myard fassent publiquement les gros yeux en accusant les médias d'être «instrumentalisés par les casseurs». Et Sarkozy là-dedans ? Oh, trois fois rien, il s'est juste contenté d'appeler personnellement Robert Namias et Arlette Chabot, patrons de l'info de TF1 et France 2, pour les remercier de leur prudence.

    Sont-elles sourcilleuses, ces chaînes, et soucieuses d'équité... Le 6 novembre, 7 à 8 (TF1) saisit en caméra cachée une provocation policière envers des jeunes. Savon de Namias. Le dimanche suivant, 7 à 8 contrebalance avec les interviews de maires de banlieues chaudes... Le 8 novembre, dans Nous ne sommes pas des anges (Canal +), la représentante d'une association souligne la responsabilité de Sarkozy dans les émeutes en banlieues et fait le parallèle entre le couvre-feu de Villepin et celui de Papon en octobre 1961. Emoi à la direction de Canal +, qui exige «un autre point de vue». Ce sera, deux jours plus tard, celui d'un maire UMP... Officiellement, Nicolas Sarkozy n'est pas intervenu. Juste, il a fait demander la cassette au service de presse... Le 10 novembre, France 2 diffuse dans son JT les images du tabassage de jeunes par des flics. Ceux-ci sont suspendus. Arlette Chabot décide d'ôter le reportage du site web de France 2 : «Nous ne voulions pas tomber dans la surenchère [...] au risque d'envenimer les choses à la veille d'un week-end à risque». Le ministre de l'Intérieur peut dormir sur ses deux oreilles, Chabot veille.

    Et puis Sarkozy passe à la télé. Il faut alors mettre les petits plats dans les grands. Quand il est invité du Grand Journal de Canal + de Michel Denisot début mars 2006, il accepte, mais à condition de figurer aux côtés de Denisot en Une de TV Mag, le supplément télé de la Socpresse (le groupe de presse de Dassault) distribué avec 42 quotidiens nationaux et régionaux et diffusé à près de cinq millions d'exemplaires. Commentaire d'un cadre de Canal : «Sarkozy n'en a rien à faire du Grand Journal, ce qui l'intéresse, c'est d'être sur la table du salon de 5 millions de personnes.» Ce n'est pas la première fois que Sarkozy prend ses aises avec la chaîne cryptée : quand en juin 2005, dans le plus grand secret, Canal + décide de mettre fin au contrat de Karl Zéro, celui-ci fait donner ses amis qui tenteront de faire plier Bertrand Méheut, PDG du groupe. Au premier rang des pro-Zéro : Sarkozy, qui appelle en personne.

    Enfin, il y a Sarkozy le faiseur de stars. Le 7 mars, la veille d'un délicat voyage du ministre aux Antilles, TF1 annonce que le joker de PPDA sera désormais le journaliste noir et antillais Harry Roselmack. Un bien beau hasard n'arrivant jamais seul, Sarkozy était déjà au courant. Le 17 février, recevant place Beauvau le club Averroès, qui défend l'image des minorités dans les médias, le ministre de l'Intérieur et ami intime de Martin Bouygues, PDG de la maison mère de TF1, avait en effet annoncé la nouvelle : il y aura, cet été, un Noir au 20 heures. Mieux, selon certains témoins de la rencontre, Sarkozy aurait raconté avoir lui-même soufflé l'idée à Bouygues...

    Radio

    Conseil en recrutement

    Le ministre de l'Intérieur garde aussi un oeil sur le recrutement des journalistes politiques. En février, le Canard enchaîné révèle que Jean-Pierre Elkabbach, directeur d'Europe 1 (filiale de Lagardère, tout comme Paris Match), a pris conseil auprès de Nicolas Sarkozy sur le choix d'un journaliste politique. «C'est normal, fanfaronne Sarkozy. J'ai été ministre de la Communication.» Et il ajoute : «Je les connais, les journalistes.» Elkabbach revendique sa «méthode» de recrutement, qui consiste, dit-il, à prendre l'avis des politiques, mais aussi de syndicalistes ou d'associations : «Je fais cela pour tous les services parce que je veux avoir les meilleurs... Je ne peux pas interdire aux politiques de me donner leur avis. Mais ensuite je décide à 100 % moi-même».

    Presse, édition

    Convocation

    Pauvre Valérie Domain. Cette journaliste de Gala croyait pouvoir publier tranquillement une bio autorisée de Cécilia Sarkozy. Elle l'avait même rencontrée à plusieurs reprises. Mais le livre ne verra pas le jour, du moins sous sa forme initiale. Fin 2005, l'éditeur est convoqué place Beauvau par le ministre de l'Intérieur en personne. Menace de procès, intimidation : il comprend le message et remballe son ouvrage. Lequel sera transformé à la va-vite en roman à clé. Chez Prisma, propriétaire de Gala, on anticipe les soucis à venir en demandant désormais aux journalistes maison de soumettre leurs projets de livre à la direction.

    Mais Nicolas Sarkozy ne peut pas convoquer au ministère tous les journalistes. Un homme de l'ombre, dans son cabinet, se charge de faire passer les messages non officiels aux rédactions. Pierre Charon a ainsi fait savoir à quelques journalistes que le fils cadet de François Hollande et Ségolène Royal avait été interpellé, en mai dernier, après une soirée arrosée. C'est lui aussi qui a agité la menace d'un procès dans les rédactions susceptibles de révéler l'identité de la journaliste du Figaro qui partageait la vie de Nicolas Sarkozy après sa rupture avec son épouse.

    Mais c'est sans doute avec Paris Match que les interventions ont été les plus directes et les plus pressantes. Outre l'affaire de la Une de Cécilia, il y a eu le cas Noah. Dans un entretien à l'hebdomadaire, en décembre dernier, le chanteur-tennisman déclare : «Une chose est sûre : si jamais Sarkozy passe, je me casse !» Bizarre : le 15 décembre, lorsque l'hebdo arrive en kiosque avec la longue interview ­ titrée «Mes quatre vérités à la France» ­ dans laquelle Noah évoque notamment la crise des banlieues, la petite phrase a tout simplement disparu, comme le révèle le Canard. Sur ordre de Sarkozy ? Ou bien l'hebdo a-t-il décidé de s'autocensurer et de s'éviter, cette fois, les foudres du ministre de l'Intérieur et de son ami Arnaud Lagardère, propriétaire de Match ? A chacun sa version


    votre commentaire
  • DE VILLEPIN PERD SON SANG FROID !

    IL AFFICHE SON MEPRIS POUR

    L'OPPOSITION ET LE SUFFRAGE UNIVERSEL

    medium_villepinimagecir10103281552.jpgNous étions habitués à l'attitude méprisante de Dominique De Villepin à l'égard de l'opposition . Nous avions constaté que lors des questions que lui adressait l'opposition , le premier ministre n'écoutait pas ou faisait mine de ne pas écouter et laissait à ses ministres le soin de répondre à une question qui lui était adressée !

    Aujourd'hui à une critique fondée sur sa politique et un constat de la situation de la France , Le premier ministre a montré sa véritable personnalité! Son visage décomposé extériorisait la haine qu'il avait vis à vis de l'opposition et à travers elle du suffrage universel.

    Fusion GDF-Suez, affaire Clearstream, EADS, incident à l'Assemblée: affaibli et de plus en plus isolé, Dominique de Villepin, dans une situation politique critique, se débat dans les difficultés.

    Mardi à l'Assemblée, le Premier ministre a provoqué une bronca de la gauche en accusant François Hollande de "lâcheté".

    "Je dénonce la facilité, et je dirais même en vous regardant, la lâcheté, la lâcheté qu'il y a dans votre attitude", a lancé M. de Villepin en réponse à une question du numéro un du PS sur la gestion d'EADS

    . Cette attaque a déchaîné les protestations des socialistes, certains criant "Démission, dehors!".

    Cette attaque a déchaîné les protestations des socialistes, certains criant "Démission, dehors!".medium_images.11.jpg

    Le président de l'UDF François Bayrou et le chef de file des députés communistes Alain Bocquet ont demandé de leur côté des élections anticipées.

    Cet incident a surgi au cours d'une journée qui promettait d'être consensuelle, avec l'inauguration par Jacques Chirac du musée du Quai Branly dédié aux arts premiers, en présence notamment de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin.

    Dans cet affrontement, M. de Villepin n'a guère pu compter sur le soutien des députés UMP, restés cois.

    Une majorité, qui échaudée par la crise du contrat première embauche (CPE), l'a également contraint à modifier ses plans concernant la fusion controversée de Gaz de France et Suez.

    M. de Villepin a dû annoncer lundi le report au mois de septembre de l'examen par le Parlement du texte permettant cette fusion.

    L'incertitude demeurait cependant, certains députés de la majorité ne croyant pas que cette opération puisse obtenir l'aval du Parlement si peu de temps avant les élections présidentielle et législatives de 2007.

    Tous ces développemements interviennent alors que le chef de gouvernement est toujours pris dans la tourmente Clearstream. Régulièrement mis en cause par la presse dans cette affaire qui pourrait lui valoir d'être entendu par la justice, M. de Villepin a choisi lundi de contre-attaquer, au risque de replacer le scandale à la une de l'actualité.

    Il a décidé de porter plainte pour diffamation contre trois journalistes auteurs d'ouvrages sur le sujet, dont Denis Robert, qui avait lancé l'affaire. Une démarche rarissime de la part d'un Premier ministre.


    votre commentaire
  •  

    OUI C'EST BIEN DE LA DESINFORMATION  ALLANT JUSQU'AU CONDITIONNEMENT DE L'OPINION!

    La popularité grandissante de Ségolène Royal fait perdre la raison aux journalistes et à la plupart des hommes politiques .

    L'analyse de Ségolène Royal sur les 35 heures pourrait être faite par chaque travailleur qui a bien sûr apprécié les 35 heures mais qui a constaté que les entreprises ont eu recours à une plus grande flexibilité et une augmentation des cadences avec dégradation des conditions de travail !

    pour vous faire un jugement voici ce qui a fait scandale!

    7°Les 35 heures-un gain inégalement partagé du bien être

    La réduction du temps de travail a été conçue davantage comme un outil de création d’emplois (350.000) que comme l’aboutissement d’une réflexion sur les conditions de travail. Leur contre-partie fut un spectaculaire assouplissement du droit du travail (à condition que des accords négociés l’encadrent) et une flexibilité accrue (annualisation, réduction des délais de prévenance, etc.). Les grandes entreprises, solidement équipées en services juridiques et des ressources humaines, ont optimisé le dispositif. Les PME ont bénéficié d’une aide pour recourir à des conseillers extérieurs. Les syndicats ont dû compter sur leurs propres forces. Selon Philippe Askénazy, la réduction officielle de 4 heures s’est bornée, en moyenne, à 2 h 30 voire 1 h 30 pour les ouvrières du textile.

    La proportion des salariés en horaires flexibles est passée de 10% à 40%, soit plus que les salariés américains. Pour ceux-là, les rythmes de travail ont été intensifiés, les amplitudes horaires étendues et la segmentation de la journée de travail accentuée. Là où, en revanche, les horaires sont restés fixes, la réduction du temps de travail a permis un allègement de la journée ou des jours de congés supplémentaires. C’est donc essentiellement au bas de l’échelle des qualifications et des statuts que la flexibilité a été accentuée : chez Michelin, les cadres ont bénéficié de jours de congé supplémentaires et les ouvriers sont venus travailler le samedi…

    D’où ce résultat non voulu : une dégradation de la situation des plus fragiles, notamment les femmes ayant des emplois peu qualifiés, pour lesquelles la flexibilité s’est traduite par un empiètement accru sur leur vie personnelle et familiale alors que les femmes cadres y ont trouvé, elles, des jours de respiration bienvenus. Malgré l’intensification du travail et du stress, malgré la difficulté à joindre les deux bouts pour ceux qui s’en sortaient en cumulant les heures supplémentaires, l’appréciation globale des 35 heures par les salariés reste positive. Sans doute parce que le désir est fort d’avoir un peu de temps pour soi ou pour sa famille (première motivation invoquée en faveur de la réduction du temps de travail) et parce que l’espoir de créations d’emploi était largement partagé même si l’on peut estimer, rétrospectivement, que la répartition de l’effort et des avantages a été fortement inégalitaire. La loi Fillon a, sous prétexte d’assouplissement, figé les inégalités et cassé la dynamique de création d’emplois. En termes de qualité de vie au travail, les résultats des 35 heures sont donc mitigés.

    Voici à partir de quoi les medias et les commentateurs de tout poil ont vu l'attaque tout azimut des 35 heures !


    votre commentaire
  •  

    L'UMP VEUT TAXER

     

     LA LIBERTE

     

     D'EXPRESSION

     

     

    IL FALLAIT OSER L'UMP L'A FAIT  IL FAUT TAXER LA LIBERTE D'EXPRESSION !

    Pour alimenter le budget européen , André Lamassoure a une idée.......... pas géniale......

       Taxer les SMS , MMS et E-MAIL    et quoi plus...........

    Aprés les lois répressives sur le téléchargement , voila les taxes sur les mails .......

    L'UMP veut timbrer vos e-mails.

    Norden Star, mai 2006
    Un membre UMP du parlement européen demande la création d'une taxe sur les SMS et les emails sous la forme d'un timbre à 1 centime d'€uro.


     

    Les idées proposées par Alain Lamassoure, (UMP) membre du parlement européen, risquent d'occasionner quelques remous parmi les internautes. Chargé d'un rapport au Parlement européen sur la réforme du financement du budget de l'Union, il souhaite taxer de 1,5 cent un SMS envoyé, et 0,1 cent chacun des mails envoyés depuis le territoire de la communauté.

    Dans le cadre de la réforme de l'Union Européenne, certains caressent ainsi l'idée d'un impôt européen unique qui viendrait épauler d'autres modes de financements préexistants. La mesure permettrait ainsi d'apporter de juteuses ressources pour financer le budget européen. Avec ces quelques poussières de cents prélevées sur chaque texto ou mail, Alain Lamassoure voit là une solution idéale pour fournir ce coup de pouce budgétaire : compte tenu de la masse de messages envoyés par ordinateur ou téléphone chaque jour, la contribution des internautes ou des mordus du portable ne serait, en globalité, non négligeable.

    Alain Lamassoure prend l'exemple des vœux du 1er janvier 2005. A cette occasion, "plus de 1 milliard de textos ont été échangés entre Européens. En France, les opérateurs les facturaient alors 15 c, pour un prix de revient quatre fois inférieur. Un prélèvement d'un demi-centime aurait rapporté 5 M en un jour. En faisant jouer à plein régime la concurrence, il est possible de réduire le coût d'un tel service pour les usagers, tout en appliquant l'équivalent moderne d'un droit de timbre". Un "droit de timbre" sur les textos et les mails affectés différemment selon la situation de l'émetteur et du destinataire : si le SMS est envoyé de Bordeaux à Lille, le "timbre" alimente le budget national ; s'il relie Paris et Budapest, il est affecté au budget européen. Plus globalement, si l'échange se fait entre Lyon et Singapour, "le prélèvement pourra servir à financer une politique planétaire (taxe Tobin) ". Une taxe sur les mots alors que la taxe Tobin veut frapper les transactions financières, ce qui n'a pas la même saveur.

    "L'explosion des nouveaux moyens de télécommunication devrait conduire les grands argentiers impécunieux à s'intéresser à cette création de valeur, aujourd'hui largement épargnée" certifie l'intéressé qui reconnait que l'idée d'un impôt supplémentaire se heurtera immédiatement à une objection très forte.

    Sur le forum de son site, les objections ne se sont pas fait attendre traduisant la popularité toute relative de cette idée : « Vous voulez imposer le simple fait d'échanger des mots. », « Si vous taxez un protocole, on en utilisera un autre. N'importe qui avec un peu de connaissance aurait pu le vous dire. Quelle est la différence entre aller voir des pages sur l'internet, mettre un message sur un blog ou envoyer des courriels à ce niveau ? », « Now I know why I voted NO against the EU !», « Incroyable, taxer la liberté d'expression, vous n'êtes pas fou non! » , « Pourquoi ne pas faire payer chaque mot que l'on prononcerait, et pourquoi pas les déplacements des gens, 3 pas = 0,1 €, c'est pas vraiment beaucoup mais il y a tellement de pas effectués chaque jour ! » L'unanimité des 25 étant requise, les idées jugées irréalistes seront automatiquement écartées se défend encore M. Lamassoure


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires